title

 

Alain Badiou: "Je regrette"

Now in Lacan Blog


Alain Badiou : "Je le regrette. Et je suis heureux de le dire ici publiquement : je regrette d'avoir écrit ce texte. Mais il ne suffit pas de le regretter. Regretter et se repentir, on peut toujours le faire. C'est très facile. Nos chefs d'État eux-mêmes n'arrêtent pas de se repentir et de demander pardon. Au bout du compte, il vaut mieux penser que, comme le dit Spinoza, "le repentir n'est pas une vertu".

Au-delà, donc, du fait que je regrette d'avoir écrit ce texte, je m'intéresse à la question de savoir pourquoi je l'ai écrit. Je l'ai écrit parce que j'avais été enthousiasmé par la victoire des Khmers rouges en 1975. Je n'ai pas été le seul. Relisez les premières pages du Monde à cette époque-là. J'ai ensuite voulu garder en moi cet enthousiasme, y compris contre le réseau des informations peu à peu disponibles. En politique, le découragement est monnaie courante, et l'enthousiasme est une denrée précieuse.

Quand les Khmers rouges prennent le pouvoir, c'est une éclatante victoire militaire. Pourquoi sommes-nous si enthousiastes ? Parce que c'est la victoire d'un tout petit peuple, organisé en guérilla rurale sous la direction des Khmers rouges, contre l'énorme armée américaine et ses complices locaux. Et c'est donc la validation d'un énoncé de Mao qui soutenait à l'époque l'espérance de millions de gens dans le monde : "Un petit peuple, s'il est uni et qu'il compte sur ses propres forces, peut venir à bout d'une grande puissance." Encore aujourd'hui, cette idée que le plus faible par la puissance brute peut être politiquement le plus fort est d'une importance décisive.

Il y avait donc cet enthousiasme, et quand les Vietnamiens ont envahi le Cambodge, cette invasion m'a paru détestable. Quatre ans après avoir chassé les Américains, voilà que le Cambodge devait subir une nouvelle invasion ! Il ne faut pas oublier que le Cambodge a été envahi par l'armée vietnamienne en 1979 pour des raisons qui n'avaient rien à voir avec le sentiment humanitaire, pour des raisons de pure puissance régionale. Il ne faut pas l'oublier, car mon article de 1979 est avant tout un article contre l'invasion vietnamienne.

En leçon de tout cela, je pense que nous devons méditer, au terme du XXe siècle, sur les ravages faits dans les rangs de la pensée progressiste et communiste - reprenons ce vieux mot - par l'enthousiasme victorieux, prématuré et sans limites. Parce que les millions et millions de gens, ouvriers aussi bien qu'intellectuels, qui sont restés enthousiastes de la révolution bolchevique pendant des décennies, y compris sous Staline, tous ceux, innombrables, pour qui la vie prenait tout son sens à la lumière de la victoire de la Révolution de 1917, nous posent une question bien plus vaste que ma personnelle errance cambodgienne.

Cette question résulte de ce que les peuples soulevés sont rarement victorieux. Très rarement. Tout le monde le sait. Du coup, une victoire, fût-elle douteuse, divisée, obscure, et parfois marquée de crimes effrayants, a une puissance de ralliement extraordinaire. Et ce que le dernier siècle nous a appris, c'est qu'il faut se méfier de la fascination pour les victoires. Je dirais même qu'une des grandes tâches de la politique contemporaine - la vraie politique, celle qui cherche l'émancipation de l'humanité tout entière -, c'est de redéfinir ce que c'est qu'une victoire. Une réelle victoire de la politique, de la politique au sens retrouvé de ce mot fondamental, et non pas, naturellement, au sens de la victoire d'untel contre untel née de l'addition des isoloirs."





lc
Lacanian Ink on Facebook.

To UNSUBSCRIBE from this mailing list:
please send an email with no body,
To: http://www.lacan.com/unsubscribe.html
Subject: unsubscribe